image-40ans

Le Collège Charles-Lemoyne est un organisme sans but lucratif, partenaire des familles de la Montérégie. 
Il a vu le jour en 1975 grâce à la détermination d’un groupe de parents et d’éducateurs de la Rive-Sud de Montréal. Ceux-ci voulaient faire en sorte que tous les enfants d’une même famille puissent bénéficier d’une éducation de grande qualité au Collège.

Depuis sa fondation, la direction, les enseignants, le personnel de soutien et les professionnels ont travaillé ensemble à enrichir la vie des jeunes, tant au niveau pédagogique que culturel, social et sportif.

campus-original

Un des plus importants
Collèges privés

Le Collège est formé de deux campus situés à Longueuil – Saint-Lambert et à Ville de Sainte-Catherine. 
Il est aujourd’hui l’un des plus importants établissements d’enseignement privés secondaire au Québec. Agréé par le ministère, il est dirigé par une corporation laïque, sans but lucratif, où siègent parents et représentants de différents milieux socio-économiques.

Chacun des élèves ayant fréquenté le Collège depuis sa fondation a pu savourer la récompense ultime du travail accompli, c’est-à-dire la chance d’avoir un avenir des plus prometteurs. 

Qui est Charles-Lemoyne?

Charles Le Moyne (1626-1685)

Fils d’aubergiste, Charles Le Moyne naît à Dieppe en France, le 2 août 1626. En 1641, il s’embarque pour la Nouvelle-France et est engagé comme domestique par les Jésuites. Lors de ces voyages avec les Jésuites, Charles Le Moyne, doué pour les langues, se familiarise avec les divers dialectes des peuples amérindiens. Il devient un interprète recherché grâce à son talent qui sera reconnu par les gouverneurs Courcelle, de La Barre et même Frontenac.

Le « leader »

En 1645, Charles Le Moyne sert à la fois comme soldat et traducteur dans la petite garnison de Trois-Rivières. À 19 ans, il devient émissaire officiel de France. Après une année à Trois-Rivières, Charles Le Moyne va s’établir à Ville-Marie (ancien nom de Montréal) où épousera Catherine Thierry en mai 1654. Ils eurent quatorze enfants. Au moment de sa mort, le 30 janvier 1685, il est l’un des notables les plus influents et l’homme le plus fortuné de Ville-Marie.

Le militaire

Au cours de sa vie trépidante, Charles Le Moyne participe et commande avec bravoure différentes campagnes militaires en Iroquoisie.

Le commerçant

Charles sait tirer profit du commerce de fourrure, qui est très lucratif en Nouvelle-France et fonde la compagnie du Nord qui oeuvre principalement dans ce commerce.

Le seigneur

Charles Le Moyne obtient ses lettres de noblesse en 1668, puis il est nommé gouverneur de Montréal en 1683.

L’héritage

Partout sur le continent américain, le nom des Le Moyne est synonyme de bravoure, de ruse et de ténacité. Il y a bien sûr Charles Le Moyne et ses enfants qui se sont illustrés en tant que militaires, marchands et explorateurs. Les enfants Le Moyne héritent de leur père des seigneuries qui justifient les noms sous lesquels ils sont connus. Notons, entre autres, Charles Le Moyne de Longueuil (1656-1729), Baron de Longueuil puis gouverneur intérimaire de la Nouvelle-France. Ainsi que Pierre Le Moyne d’Iberville (1661-1706), dont les exploits militaires aux quatre coins du Nouveau Monde ont fait de lui un personnage marquant de son époque.